Two men reading

Creuser notre passé

Bonjour à tous,

Je me présente. Je m’appelle Fergus et je suis un Boston Terrier bringé âgé de deux ans. Vous pensez peut-être que je suis comme la plupart des Boston Terriers – et c’est bien le cas. Lorsque je suis à la maison, j’aime faire de longues promenades, saluer mes amis chiens dans la rue, m’asseoir sur les genoux de mon humaine et, surtout, courir après la balle. Ma vie est au poil!

Cependant, le jour, je joue un rôle différent. Du lundi au vendredi, de 9 h à 17 h, j’occupe le poste d’archiviste canin de BMO.

Vous ne savez peut-être pas ce qu’est un archiviste canin, et ça ne fait rien. Mon humaine est l’archiviste de BMO. Son rôle est de préserver et de faire connaître les 200 et quelques années d’histoire de BMO. Elle m’a beaucoup appris sur l’importance du patrimoine et ses liens avec les collectivités. Dans le cadre de ses recherches, elle et son équipe ont également découvert des archives historiques faisant état des liens entre BMO et « le meilleur ami de l’homme », et il était logique que je me charge de trier et de diffuser les archives canines de BMO (c’est-à-dire le contenu lié à nos amis à quatre pattes). On peut dire que creuser le passé, c’est dans mon ADN.

Voici un aperçu de mes tâches :

• Je suis responsable d’accueillir les employés le matin, toujours en me trémoussant.

• J’avise les humains lorsque des visiteurs s’approchent du bureau.

• Je m’assure que les employés se lèvent de leur chaise pour se dégourdir les jambes et qu’ils jouent à la balle cinq minutes par jour.

• En collaboration avec les humains, je publie régulièrement des articles dans lesquels je partage mes réflexions sur les chiens d’antan (j’admets que mon approche n’est pas très nuancée : je vois tout en noir et blanc).

L’une des choses que je préfère dans mon travail, c’est faire de longues promenades parmi les rayons. C’est vrai, il m’arrive de me défiler et de piquer une sieste dans mon petit lit sous le bureau. Ce n’est pas toujours facile d’être l’archiviste canin, mais quelqu’un doit le faire! Et en tant que terrier, je sais me donner un mal de chien pour accomplir une tâche.

J’ai très hâte de me plonger le museau dans les 1 400 ans d’histoires de BMO (en années de chien, bien sûr) et de vous raconter ce que j’ai appris.

À bientôt.

Fergus, l’archiviste canin