Two men reading

Une touche de fantaisie

Outre les photographies, les grands livres et une collection de pièces de monnaie, le Service des archives héberge environ 80 tirelires mécaniques. Celles-ci datent du milieu du XIXe siècle jusqu’au début du XXe siècle. Les tirelires, en grande partie faites de fonte, visaient à encourager les enfants à adopter de saines habitudes financières. Même si elles n’ont pas été produites par BMO, elles ajoutent une touche de fantaisie sur les tablettes de la chambre forte des archives et témoignent de la volonté de longue date de la Banque d’aider les futurs clients en leur donnant les moyens d’améliorer leurs finances.

La majorité des tirelires mécaniques racontent des histoires connues des enfants de l’époque, tirées de la culture populaire ou des faits divers contemporains.

Un aigle et ses aiglons

D’autres tirelires mécaniques, comme cette tirelire fabriquée en 1883, comportaient des éléments cachés qui rendaient le dépôt de pièces de monnaie d’autant plus amusant. Lorsqu’on appuie sur le levier situé à l’arrière de la tirelire, l’aigle se penche vers l’avant avec la pièce dans son bec pour « nourrir » les aiglons, et au même moment, ceux-ci se lèvent dans le nid pour recevoir la pièce, qui est ensuite déposée dans un réceptacle à l’intérieur du nid. Tout au long du processus, un dispositif à soufflet dissimulé dans la base de la tirelire imite même le gazouillis des aiglons.

Image : Tirelire mécanique représentant un aigle et ses aiglons. Conçue par Charles M. Henn, fabriquée par J. & E. Stevens Co., 1883.

L’histoire de Teddy et l’ours

L’histoire populaire selon laquelle le président américain Theodore « Teddy » Roosevelt avait refusé de tuer un ours noir lors d’un voyage de chasse à Onward (Mississippi) a servi d’inspiration pour de nombreux jouets, notamment les ours en peluche (« teddy bear », en anglais) et cette tirelire mécanique. Lorsqu’on charge une pièce sur le fusil du président Roosevelt et qu’on appuie sur le levier situé à la base de la tirelire pour « tirer » la pièce dans la cavité de l’arbre, un ours émerge du haut de la souche.

Avec des tirelires mécaniques aussi attrayantes et intelligemment conçues que celles-ci, il n’est pas étonnant que les enfants aient été si enthousiastes à l’idée de mettre de côté leurs pièces de monnaie.

Image : Tirelire mécanique mettant en scène l’histoire de Teddy et l’ours. Conçue par Charles A. Bailey, fabriquée par J. & E. Stevens Co., 1907.